20190929_190523

 

Nous sommes allés voir, récemment, "Portrait de la jeune fille en feu" de Céline Sciamma.

Ce film dure deux heures et est interprété par : Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami,

Valeria Golino, Christel Barras et Armande Boulanger.

L'histoire : La tradition voulait qu'un portrait de la jeune fille à marier soit réalisé de façon à le montrer

à la future famille. Marianne (Noémie Merlant) est appelée à venir faire le portrait d'Héloïse

(Adèle Haenel) en 1770 mais celle-ci refuse. Marianne devra donc la peindre en cachette.

 

J'ai apprécié ce film tel un bijou rare, ciselé, touchant, plein de délicatesse, de non-dits, d'une féminité

exacerbée mais également teinté d'immoralité. On frôle le drame mais un fil invisible retient la jeune Héloïse.

Un huis-clos ensorcelant et subversif vous étreint et vous fait chavirer. Une peinture très XVIIIème siècle

dans un univers sauvage éloigné du monde. Il y a un peu de musique, notamment un extrait des Quatre

Saisons de Vivaldi et un chant de femmes paysannes autour d'un feu.

Le film a été tourné en 2018 en Bretagne et Céline Sciamma a reçu le prix du scénario à Cannes.

Un trio incroyable d'actrices Noémie Merlant, Adèle Haenel et Luàna Bajrami mais l'actrice "peintre" a ma

préférence par sa présence et son talent à dessiner et à peindre selon peut-être la méthode

de Louise-Elisabeth Vigée-Le Brun, célèbre portraitriste. Luàna Bajrami surprend par son naturel à faire face

à un rôle assez difficile. Je déconseille ce film aux enfants !

 

Je vous encourage à voir ce très beau film, il vous enchantera !